CONTACT

La Biodiversité

La mangrove du Bamboung est un trésor de vie. Formée par des palétuviers, elle offre un habitat précieux à la biodiversité. (Crédit Hellio & Van Ingen)

L’AMPC du Bamboung s’inscrit dans une écorégion marine et côtière s’étendant du Sénégal à la Mauritanie au Nord, à l’archipel du Cap vert à l’ouest jusqu’en Guinée au sud en incluant l’archipel des Bijagos. Cette vaste écorégion est caractérisée par la présence de remontées le long du littoral d’eaux océaniques profondes riches en éléments nutritifs minéraux et organiques appelées upwellings. Outre ces upwellings, le continuum écologique de ce secteur se matérialise par les migrations transfrontalières des poissons, des mammifères et reptiles marins, des oiseaux d’eau et des pêcheurs en pirogue.

Au Bamboung, une grande diversité d’habitats

Dans le delta du Saloum, le bolong du Bamboung est constitué d’une grande diversité d’habitats (zones sableuses, graveleuse, mangroves, tannes, herbiers, petits bolongs, fosses, hauts fonds, etc.) dont le niveau de salinité varie au fil des saisons. L’eau du bolong est en permanence légèrement sursalée par rapport à la mer. Cette diversité d’habitats et la variabilité au fil des saisons de leurs caractéristiques physico-chimiques et microclimatiques, favorisent la présence d’une grande diversité d’espèces de faune (avifaune, reptiles, mammifères, etc.) notamment de poissons et de flore.

La pêche, principale cause de la dégradation de cet écosystème

Au cours des dernières décennies, les effets négatifs de la pêche côtière ont été décuplés par le développement de la pêche artisanale motorisée dont la capacité de pêche et de déploiement est devenue très importante.

Son impact ne se traduit pas seulement par une réduction des effectifs et de la densité moyenne des populations de poissons, mais aussi souvent par la destruction de celles-ci. Les zones d’abondance sont fragmentées et déconnectées les unes des autres, les classes d’individus âgés et de grandes tailles parfois presque anéanties. Pour certaines populations piscicoles, ces déstructurations sont porteuses aujourd’hui d’un risque important d’extinction.

La mangrove de palétuviers est elle aussi menacée, essentiellement dégradée par la sursalinité due au manque de précipitations saisonnières et la coupe par l’homme.

L’impact écologique de l’AMPC reconnu scientifiquement

Depuis sa création, L’AMPCB porte rapidement ses fruits puisque les études scientifiques menées par l’Institut de Recherche pour le Développement atteste, après 3 ans, le retour de 23 espèces sur 74 recensées, et notamment le retour de grand prédateurs comme le dauphin, le capitaine et le barracuda.

Ce retour des ressources halieutiques dans l’AMP enrichit les zones de pêches périphériques, par un phénomène de débordement, et permet ainsi aux pêcheurs d’augmenter leurs prises et donc leurs revenus.

Ensemble, protégeons notre planète !

OCEANIUM DAKAR

Route de la petite Corniche Est BP 2224 Dakar Sénégal +221 338 22 24 41 +221 338 42 40 52

Ils nous soutiennent

© Crédits : Design ByReg - Powered by AK Project - Translated by Toni KAATZ-DUBBERKE